Disparition de la presse écrite d'opinion par suite de la commercialisation

Traditionnellement, c'est surtout à la télévision que l'on attribue un grand pouvoir

d'influence. Parce que certains programmes télévisuels inciteraient à la violence, la

C.E. a pris une directive en la matière, des entreprises américaines de télévision et

de télédistribution ont mis au point une technique permettant de rendre des émissions

inaccessibles aux enfants et la CDU et le SPD allemands ont déposé conjointement

un projet de loi visant à protéger la jeunesse et à réduire la violence à la

télévision.

Par le biais des médias, le parlement et les hommes politiques espèrent informer

ainsi qu'influencer les usagers des médias, autrement dit les électeurs. Toutefois,

la science de la communication nuance quelque peu cet espoir. En effet, les

opinions se forment surtout par les contacts personnels avec les leaders d'opinion

ou les groupes de référence. En outre, le consommateur du produit médiatique

préfère l'information qui justifie son choix politique, si bien que, dans le meilleur

des cas, l'on ne touche que la masse flottante ou les hésitants.

Les médias ne constituent donc qu'un facteur d'influence politique direct limité,

surtout depuis que la presse écrite d'opinion perd du terrain et il conviendrait de

vérifier s'ils ne sont pas plutôt un facteur d'influence politique indirect, du fait que

ce sont eux qui conditionnent principalement l'actualité politique.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site